1. Présentation de la CCI

Share Button
Cet article fait parti de la série Audit réseau avec Webtrends. Article 3 sur 7.

1.1 Introduction

Pour entamer ce rapport, il me faut situer le stage dans son contexte. Je présente donc ici la CCI pour vous permettre d’avoir une idée générale des conditions environnementales de cette mission. J’utiliserai pour cela un plan en deux parties :

Tout d’abord, je ferai une brève rétrospective de l’histoire de la chambre et la situerai dans le contexte géopolitique. Ainsi, je mettrai en valeur la dimension de cette entreprise aux multiples facettes.

Puis je présenterai le service informatique au sein duquel j’ai réalisé mon stage ainsi que sa place et son rôle dans l’entreprise.

1.2 Histoire de la CCI

Coupé au montage pour des raisons de confidentialité à la demande du maître de stage… Le plan du réseau informatique ne doit pas être diffusé sur Internet.

1.3 Présentation générale de la CCI

Travailler pour la CCI, c’est être :

  • dans un établissement public aux multiples missions,
  • dans une compagnie composée d’élus d’entreprises,
  • dans une structure au service des entreprises.

1.3.1 Ses missions

La CCI est un Établissement Public Administratif de l’Etat (EPAE). Les chambres ont un territoire géographique déterminé par décret. Celui de la CCI couvre le département de … .

Chaque entreprise, implantée dans ce territoire et immatriculée au registre du commerce et des sociétés, est un ressortissant de la chambre : elle contribue à son fonctionnement par un impôt, l’IATP (ImpôtAdditionnel à la Taxe Professionnelle), et vote aux élections désignant les membres de la Chambre.

Comme toutes les chambres de commerce de France, la CCI a une triple mission à remplir :

  • représenter auprès des pouvoirs publics les intérêts généraux du commerce et de l’industrie de sa circonscription,
  • exprimer des avis, formuler des propositions sur l’ensemble des questions qui concernent l’économie et l’entreprise en matière fiscale, sociale, juridique, financière, dans les domaines de l’aménagement et de l’urbanisme, du commerce international…
  • contribuer à la promotion et à l’animation économique de sa circonscription.

Pour cela, la CCI agit dans plusieurs directions. Elle fournit aux entreprises informations et appuis, elle concourt à la formation des cadres et personnels qualifiés dont les entreprises ont besoins. De même, elle développe une importante activité internationale. De plus, elle initie, réalise et gère des équipements générateurs d’activités économiques bénéficiant particulièrement aux entreprises.

Parmi ces équipements :

  • des zones d’activités économiques,
  • des bâtiments à vocation économique (entrepôts, bureaux, ateliers),
  • des plates-formes logistiques, etc. …

Pour mener à bien ses missions, la Chambre élabore un plan stratégique sur 9 ans (en cours) et dispose :

  • d’une organisation,
  • de directions opérationnelles et fonctionnelles,
  • de moyens humains et financiers.

Elle s’efforce de développer une politique de partenariat chaque fois que cela est possible et souhaitable.

1.3.2 Son organisation

La caractéristique essentielle d’une chambre de commerce est d’être à la fois un établissement public et une assemblée élue .

La politique de la CCI est définie par ses membres, élus par et parmi les commerçants, industriels et prestataires de services de la circonscription. Son action est relayée par d’autres membres : les 326 délégués consulaires, répartis sur l’ensemble du territoire.

1.3.2.1 L’assemblé générale de la CCI

Les membres élus sont au nombre de 29. L’assemblée consulaire comprend également 21 membres associés qui ont un rôle consultatif. Ils sont désignés par les organisations interprofessionnelles (Union patronale et SOCIAM), organismes regroupant des cadres dirigeants d’entreprises (CJD, JCE, DCF, Chefs d’Entreprises, Conseillers du Commerce Extérieur) et par la Chambre elle-même. Ils sont élus pour six ans et renouvelés tous les trois ans par moitié. La durée maximale de leurs fonctions est fixée à trois mandats, soit dix huit ans.

L’assemblée se réunit de manière habituelle deux fois par mois, alternativement :

  • sous forme d’assemblée décisionnaire,
  • sous forme de « Conseil ».

Elle examine les rapports qui lui sont présentés. Elle débat et se prononce sur l’ensemble des questions et problèmes appelant de sa part des décisions ponctuelles ou des choix d’orientation. Elle seule a le pouvoir de décision.

Les membres de l’assemblée générale se répartissent dans des commissions et groupes de travail. Ils élaborent les projets des délibérations de l’assemblée générale et orientent l’activité des différents services de la Chambre.

1. 3.2.2 Le bureau de la CCI

La CCI a également prévu que des élus seraient spécialement en charge de certaines missions : relations avec les ressortissants, relations avec les grandes entreprises industrielles, relations avec les mairies de moins de 30 000 habitants, …

Le Bureau est l’organe exécutif de la Chambre.

L’assemblée générale élit parmi ses membres un Bureau composé de :

  • un président,
  • six vice-présidents.

1.3.3 Les directions

Toute l’organisation gravite autour des directions. Ces directions ont une vocation :

  • opérationnelle : Direction des Services aux Entreprises, de la Formation, de l’Economie et de l’Aménagement du Territoire,
  • ou fonctionnelle : Direction Générale, de l’Administration Générale, de la Communication, des Finances, de l’Informatique, des Ressources Humaines.

Toutes sont sous la responsabilité d’un Directeur Général, collaborateur direct du Président.

1.3.3.1 Direction des services aux entreprises

Elle fonctionne avec trois directions déléguées opérationnelles :

La Direction Déléguée à l’Industrie, au Commerce et aux Services :
Organisée en plusieurs département, elle apporte des réponses aux questions des entreprises dans tout les domaines commerciaux et industriels. Elle se charge d’amener l’aide nécessaire et les services correspondants aux besoins. Ces services peuvent être d’ordre juridique, financiers, informatifs, etc. …

Direction Déléguée à la Formation Continue :
Cette direction s’attache plutôt aux personnes qui font les entreprises de la région. Elle offre des formations, s’occupe des recherches d’emploi, de l’insertion et la formation des jeunes dans les entreprises.

Direction Déléguée à l’Administration Générale :
Elle regroupe les services fonctionnels tels que la logistique, les moyens généraux, l’accueil, l’informatique et réseaux, la comptabilité.
Elle gère également trois autres services fonctionnels : le département Services et Communication, le département Assurance Qualité et le département Europe.

1.3.3.2 Direction de la formation

Les formations de la CCI s’organisent autour de 2 pôles :

  • le pôle management, via ses écoles, prépare au management généraliste mais aussi appliqué à des secteurs d’activités bien précis : immobilier, secteur social et de la santé, tourisme, sport, finance et affaires internationales,
  • le pôle scientifique, composé de trois écoles. Elles forment des ingénieurs polyvalents et spécialisés dans nombre de domaines (électronique, informatique industrielle…).

Ceci représente un potentiel humain très fort :

  • 2 000 étudiants,
  • 220 agents,
  • 600 intervenants issus des milieux professionnels et universitaires, français et étrangers.

La CCI ouvre certaines de ses formations supérieures diplômantes (sur deux ou trois ans) à l’apprentissage.

1.3.3.3 Direction de l’économie et de l’aménagement du territoire :

La Direction de l’Economie et de l’Aménagement du Territoire a été constituée le 1 er août 2000. Son activité s’exerce au sein de quatre Directions Déléguées, qui comptent 62 agents.

  • La Direction Déléguée aux Aménagements : Ensemble de services pour l’installation et l’implantation des entreprises dans la région ;
  • La Direction Déléguée aux Transports et à la Logistique : Aménagement du territoire etc. …
  • La Direction Déléguée aux Affaires Économiques : Réflexion et intelligence économique au service de la région ;
  • La Direction Déléguée au Tourisme : Promouvoir la région auprès des pays étrangers et aider les Tours Opérateurs lors des événements touristiques régionaux.

1.4 Présentation de la direction informatique du siège

Dans ce chapitre ainsi que dans tout le document, la direction informatique sera nommée sans distinction direction informatique, DI ou service informatique.

1.4.1 Les rôles de la DI

La DI a pour mission d’assurer l’évolution, la cohérence, la pérennité, l’intégrité et la sécurité des systèmes d’informations automatisés du Service Général.

Elle assure l’administration technique de l’interconnexion des réseaux de chaque établissement de la CCI.

Elle met également en œuvre des moyens transversaux comme le SVP Bureautique (qui regroupe le Service Général et la Direction des services aux entreprises). Son fonctionnement s’appuie sur une répartition des tâches entre le SVP et les établissements utilisateurs :

– le SVP assure la prise d’appel, l’enregistrement de l’anomalie, la résolution à distance si possible, le suivi des résolutions par les intervenants de chaque établissement et la production d’un tableau de bord,

– les intervenants du service informatique de chaque établissement assurent les interventions sur site ainsi que la clôture du dossier.

La D.I. initialise les marchés de la CCI en matière d’équipements informatiques, d’accès Internet, …, globalisés pour l’ensemble des services .

1.4.2 Fonctionnement et organisation

Pour remplir ses missions, la Direction Informatique fonctionne comme une société de prestations informatiques au service des utilisateurs. Elle est organisée autour de trois entités :

  • Le Centre de traitement informatique qui regroupe les activités Systèmes, Réseaux, Assistance Bureautique, Production et Sécurité. Il est composé :
    • d’une cellule système et production qui a en charge l’administration technique des serveurs d’applications, des SGBD ainsi que de leur exploitation,
    • d’une cellule bureautique et réseau qui assure la gestion du parc bureautique ainsi que l’assistance fournie aux utilisateurs via le SVP.
    • d’un administrateur réseau et sécurité qui a pour mission d’une part, d’assurer le bon fonctionnement sécurisé de l’interconnexion des réseaux informatiques de la CCI et d’autre part, de gérer la sécurité informatique du système d’information automatisé du Service Général.
  • Deux cellules Études et Développements qui ont en charge l’étude, la conception et la réalisation des logiciels , en privilégiant la maîtrise fonctionnelle des applications. Elle s’appuie sur les sociétés de services informatiques pour la sous-traitance des réalisations ou la mise en place des progiciels ;

La DI utilise une approche progiciel. Cela permet de rompre l’isolement des solutions spécifiques et de bénéficier des nouvelles versions en toute sécurité grâce à l’industrialisation de ce type de solution. La pérennité des investissements, l’indépendance par rapport aux constructeurs, la modernité et l’évolution fonctionnelle des logiciels sont de ce fait assurées.

Une attention plus particulière dans les domaines de la qualité, de la sécurité, de la communication et de la cohérence du Système d’Information s’est traduite par la réalisation :

  • d’un Guide Méthodologique qui a pour objectif de proposer des dispositions qualités et une méthodologie applicables dans les projets informatiques (production de logiciel, installation de progiciel et gestion de projet),
  • d’un manuel de sécurité qui définit les recommandations, les processus mis en œuvre garantissant la sécurité du Système d’Information,
  • d’un schéma directeur de Réseaux nécessaire pour :
    • une meilleure efficacité des équipements,
    • intégrer les potentialités technologiques,
    • mieux planifier les investissements en fixant une politique d’intégration des systèmes et de suivi de normes,
    • une meilleure maîtrise des coûts en choisissant les moyens les plus adaptés.
  • d’un schéma directeur technique qui traîte :
    • de l’étude prospective (sous 3 à 5 ans) pour dégager par domaine fonctionnel les opportunités d’utilisation des nouvelles technologies,
    • de la définition de l’architecture cible.

1.4.3 Système d’information (SI) de la DI

Voici les principales orientations du SI de la DI :

  • sous-traitance de l’hébergement des applications informatiques qui ne sont pas à usage interne : serveur télématique, serveur Internet, …
  • informatique interne fortement organisée autour de progiciels ouverts par domaine applicatif
  • priorité donnée aux aspects fonctionnels (demande des utilisateurs) par rapport aux préconisations techniques,
  • responsabilisation des utilisateurs par une plus forte intégration dans la gestion des projets ainsi que par une plus grande autonomie tout en les déchargeant des tâches techniques, (ex. : les sauvegardes de tous les serveurs y compris micros sont automatisées et administrées par la D.I.)
  • appuis sur les normes et les standards du marché et mise en œuvre de solutions avancées mais éprouvées.
  • mise en œuvre d’un réseau d’entreprises (900 PC environ) par l’interconnexion des réseaux des divers établissements de la CCI. Le réseau est :
    • au service de l’amélioration de la communication par l’interconnexion des messageries et la mise à disposition d’un Intranet.
    • le support de nouvelles solutions logicielles transversales.
    • le support de transmission des demandes de travaux de la chaîne documentaire à destination du centre de compétence (reprographie en réseau).
    • la centralisation de la sécurité et la centralisation des télécommunications nécessaires à l’utilisation d’Internet pour les services hors enseignement.

1.4.4 Architecture technique

La CCI utilise une architecture informatique principalement orientée vers des systèmes RISC AIX et NT en exploitant au mieux les avantages de chacun.

Elle a opté pour une centralisation physique des serveurs mais chacun d’entre eux est dédié à un domaine applicatif qui lui est propre .

Ses principaux outils sont :

  • logiciel d’aide à la conception : AMC DESIGNOR
  • Atelier de Génie Logiciel en cas de développement spécifique : ORACLE DEVELOPPER 2000
  • Système de Gestion de Base de Données Relationnelles (SGBDR) : ORACLE et ACCESS
  • logiciel infocentre : BUSINESS OBJECT
  • logiciel de Groupware et d’Intranet : NOTES

Enfin, elle utilise un câblage normalisé de type 10 base T, catégorie 5 et 6, RJ45 .

1.4.5 Quelques chiffres

Le service informatique du siège administre donc :

  • 300 PC sous Windows 95/2000,
  • 250 imprimantes,
  • 350 000 à 400 000 transactions par mois pour les domaines gestion et entreprise,
  • 1.5 millions de pages éditées par an,
  • 3 serveurs Bull Escala sous Aix 4.3,
  • 12 serveurs Compaq Proliant sous N.T4.0,
  • 1 serveur Compaq Proliant sous Netware 4.11.

1.5 Conclusion

Dans cette première partie, nous avons découvert la société dans laquelle s’est déroulée le stage. La CCI n’est pas une entreprise comme les autres et ce sur plusieurs points :

  • les performances de ses équipes,
  • la diversité grandissante de ses activités,
  • l’étendue de ses relations et de ses pouvoirs économique, politique et commercial,

Le service informatique est quant à lui tenu de répondre aux attentes d’une telle ‘machine’ et s’est doté pour cela d’outils performants. Il doit sans relâche optimiser, développer et sécuriser des outils informatiques constamment utilisés dans les autres services du siège. Le réseau est perpétuellement remanié afin d’offrir un service interactif de pointe.

Share Button
Navigation dans les chapitres<< Introduction2. Activité du stage >>
A propos

Webmaster et rédacteur occasionnel du site. N'hésitez pas à me transmettre les modifications qui amélioreront votre utilisation du site.

Publié dans Audit réseau avec Webtrends

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>